Oiseau

L'oiseau est l'animal que Folon met le plus régulièrement en images ou en formes. Car celui-ci, grâce à sa symbolique universelle, est un messager. En effet, l'oiseau qui s'envole dans la pureté de sa blancheur est le vecteur idéal des notions de paix et de liberté qui transparaissent dans des illustrations comme celles de la Déclaration universelle des droits l'Homme (1988) ou du symbole du Bicentenaire de la Révolution Française (1988). C'est encore l'oiseau que Folon représente, cette fois les ailes brisées mais parvenant toujours à voler, pour illustrer l'affiche des Vèmes Jeux Olympiques d'hiver pour les Handicapés en 1992. Il met ainsi en exergue tous les exploits dont ces athlètes sont capables. Mais quand il ne vient pas illustrer une grande cause, l'oiseau apparaît très souvent comme signe dans sa valeur intrinsèque. Face à la vision d'un oiseau qui s'envole, il y a plusieurs niveaux de lecture : la légèreté, l'opposition ciel-terre, l'invitation au voyage, la liberté.
Et lorsqu'il vole dans la tête de l'homme, faut-il y voir la pureté de l'âme, ou un homme qui rêve de voyage. Peut-être s'agit-il du songe fou d'Icare, ou encore d'un prisonnier qui aspire à s'évader. Chacun, selon son expérience, en fera sa propre interprétation. Mais on peut en tout cas y voir Folon lui-même, lui qui a toujours eu envie de « partir dialoguer avec le vent » et pour qui l'oiseau qui s'envole dans la tête est le début de la liberté (L'oiseau dans la tête, 1999).

Page précédente